Le spectacle est né des recherches que mène une jeune comédienne/ethnologue dans le Dakota du sud auprès des indiens de la réserve Pine Ridge. A travers leur mémoire, contes et chants, Mama Khan révèle les coutumes anciennes d'un peuple célébrant sa spiritualité et son rapport à la nature.

 Par la Cie Barraca Suivre:

Une voix dans le silence, un tambour et le plaisir de vous transmettre tous ses secrets…

Mama Khan, le chant de la terre Lakota.

Premier opus des treize chemins de grand-mère Terre de Khadija El Mahdi

Récit de voyage et contes amérindiens principalement issus de la tradition Lakota (Dakota du Sud).

mama-khan-et-la-tortue-petit-format-copie.jpg

Une comédienne entre en scène. Un rêve l’a amené à partir au bout du monde avec un masque de grand-mère qu’on lui a transmis. Elle est là pour nous conter sa quête et nous transmettre ce qu’elle a apprit de ce voyage. Devant vous, elle prend le masque et le place sur son visage.Alors la magie du théâtre opère... Elle devient une vieille femme qui se nomme Mama Khan.

Mama Khan, la grand-mère,  conte et raconte depuis la nuit des temps la création du monde et de ses merveilles. De notre grande mère, la terre, elle vous transmettra les messages qu’elle a reçu en terre Lakota. La tortue lui a offert un tambour.  Le corbeau qui lui a enseigné la liberté.  Le pivert lui a transmit l’art de la flûte. Le bison l’a prise sur son dos afin de lui permettre de voir toute la beauté du monde. L’aigle l’a déposé au sommet des montagnes et lui a fait don de a magie des mots et du silence. 

" Pour créer ce personnage Colette Kramer et moi, nous  sommes allé au cœur de cette transmission en nous rendant dans la réserve de Pine Ridge pour apprendre, éprouver, recueillir et transmettre le lien intime et toujours vivant entre la l’homme et la nature. "   

Khadija El Mahdi                                                                                                                                                                               


Extraits :«Tu te souviens de grand-père ? Grand père Tunkashila ? Il m’a donné quatre mottes de terre pour que je te façonne. Dans mes mains tu es né. Tous issus du même berceau sur lequel je chantais sans cesse.  Si tu sais là d’ou tu viens, tu iras là où tu dois. Tu as jailli de mes mains. Tu m’as regardé et je t’ai dit :  « Si tu regardes la beauté du monde tu auras tout ce qu’il faut pour être heureux ! »

15t0483-1.jpgUne création qui nait d’un rêve.  

"Un groupe de grand-mères me prend dans leurs bras. Elles sont blanches, noires, rouges, jaunes… Arc en ciel. Elles chantent un chœur de tendres berceuses. Leurs chants résonnent en moi avec un écho profond qui inaugure le début d’une quête intime. Nait en moi le désir de recevoir et transmettre l’enseignement  des grands-mères. Ce rêve m’a touché au cœur. Mes parents ont émigrés quittant leur Maroc natal pour « réussir en France » et je n’ai pas eu de contacts  avec mes grand-mères… Un manque immense… Nés dans la grande ville, je suis française. Mon identité s’est construite sur ce territoire mais je sais que je porte aussi en moi le sentiment de liberté et d’infini qu’apporte l’immensité des paysages berbères. J’ai toujours senti que j’étais une paysanne issue d’une civilisation en lien avec les montagnes, les chants, les tambours, la lune et le soleil. Une civilisation qui vénère par des gestes, ses danses, et ses création la beauté magique du monde Cette communion avec la nature m’a manqué. Intimement j’attendais de pouvoir vivre pleinement cette double identité. Le projet des treize grand-mères était venu toquer à la porte de mon cœur par le biais d’un rêve pour que les liens se tissent à nouveau. Petite, je rêvais de devenir pompier, sage-femme, chanteuse et psychanalyste… Je suis devenue comédienne et pédagogue… Ces années passées m’ont permis de glaner une expérience que je peux à présent mettre au service d’une  transmission artistique vivante prenant racine dans un patrimoine ancestral et universel lié à la nature. Mama Khan est la grand-mère que j'ai fait naitre. Je serai sa passeuse ainsi que celle des treize voyages qui permettront de constituer cette mémoire commune. Le projet m’a pris par la main pour que nous marchions ensemble. Je sens déjà qu’il marche devant moi et me tire par la jupe. Je le suis avec assurance  présentant  que la route est belle."   Khadija EL MAHDI

 Blog de la résidence nomade de création à Pine Ridge. :  http://www.lesgrandsmeres.fr/blog/

 


 

 

 

 



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

affiche-2013.jpg